Partager cette page

Le prix Albert B. Corey


Le prix Albert B. Corey, une initiative conjointe de la Société historique du Canada et de l’American Historical Association, est décerné à l’auteur du meilleur livre sur l’histoire du Canada et des États-Unis ou des relations entre les deux pays.

Le prix sera remis par la American Historical Association en 2018.

____________________________________________________________________
Lauréats

2016

Robert MacDougall, The People’s Network: The Political Economy of the Telephone in the Gilded Age. University of Pennsylvania Press, 2015.

rob_macdougall_profile_photo[1].jpgMacDougall utilise des cadres théoriques comparatifs et transnationaux pour tracer la lutte entre les téléphonistes locaux et le système de Bell qui en est finalement (mais pas forcément) venu à dominer les télécommunications au Canada et aux États-Unis. La grande réussite de l'auteur est de jumeler l'histoire de l'entreprise, de la technologie et de l'expansion de l'État et du pouvoir réglementaire, tout en exposant le lecteur à une technologie qui a changé notre conception du temps, de l'espace et de la distance.

_______________________________________________
2014

Lissa WadewitzThe Nature of Borders: Salmon, Boundaries, and the Bandits on the Salish Sea.

lissa_-_corey.jpgLe livre de Lissa Wadewitz The Nature of Borders jette adroitement une lumière sur les variables qui ont affecté la population de saumons du Pacifique Nord-Ouest transnational aux XIXe et XXe siècles. Elle estime que, plutôt que le simple résultat de l’urbanisation ou d’innovation industrielle, ce fut l'exploitation de la frontière poreuse canado-américaine qui a placé cette espèce en péril. Cette étude attentive en dit long sur l'impact des frontières sur l'acteur historique le moins confiné par les diktats de l'État-nation: le monde naturel. 

________________________________________________________________

2012
(Le prix a été décerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de Waterloo)

Karen A. Balcom, The Traffic in Babies: Cross-Border Adoption and Baby-Selling between the United States and Canada, 1930-1973.

Au XXe siècle, de nombreux couples américains ont négocié avec des organismes canadiens pour adopter des enfants en bas âge nés au Canada, un flux nord-sud d’enfants qui était si peu réglementé que des administrateurs sans scrupules de maisons de maternité pour les mères célibataires se livraient à une activité internationale très rentable de « trafic de bébés ». Un grand nombre de ceux-ci étaient des enfants autochtones qui ont été adoptés par des parents non-autochtones ou bien des enfants de mères catholiques et protestantes qui ont été adoptés par des couples d’autres confessions à New York. Les abus d'adoption ont été particulièrement prononcés en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Alberta, souvent avec la complicité de fonctionnaires provinciaux. De plus, le partage de compétence entre les provinces et les États (responsables des politiques de protection de l'enfance) et les gouvernements fédéraux (responsables de l'immigration) a créé des lacunes réglementaires qui ont été exploitées par les agences d'adoption.

Dans son étude minutieusement menée,  The Traffic in Babies : Cross-Border Adoption and Baby-Selling between the United States and Canada, 1930-1972, Karen A. Balcom examine comment les travailleurs sociaux dans les deux pays ont collaboré d’un côté et de l’autre de la frontière internationale pour réformer et parfois créer des politiques concernant « la décision apparemment privée d’abandonner ou d’adopter un enfant », qui est à la fois « un acte chargé d’émotion et souvent profondément contesté sur la place publique » (11). En regroupant un ensemble complexe de documents de dépôts d'archives en Amérique du Nord, Traffic in Babies restitue les difficultés rencontrées par les réformateurs lorsqu’ils ont tenté d’améliorer les politiques transjurisdictionnelles de l’adoption et met en évidence l'importance de l'histoire transnationale bien conçue.

Mentions honorable (par ordre alphabétique)

Lisa Mar, Brokering Belonging: Chinese in Canada's Exclusion Era, 1885-1945. Oxford University Press, 2011.

Concis et élégamment écrit, Brokering Belonging est très réussi.  Lisa Rose Mar récompense son public avec un portrait admirablement équilibré d'un groupe facilement rejeté ou condamné - les intermédiaires qui ont facilité l'entrée d’immigrants chinois en Amérique du Nord au cours de la soi-disante « Ère d'exclusion » . En plus de donner vie à ces individus insaisissables et les nombreuses façons dont ils ont aidé les nouveaux arrivants chinois aux États-Unis et au Canada, Brokering Belonging constitue une intervention passionnante dans l'étude du monde transnational du Pacifique.

David Massell, Quebec Hydropolitics: The Peribonka Concessions of the Second World War. McGill-Queen's University Press, 2011.

Le livre de David Massell est succinctement écrit et bien argumenté. Il intègre audacieusement les sources traditionnelles d'archives du Canada (en anglais et en français) et des États-Unis avec des sources orales autochtones afin de révéler le développement du complexe hydroélectrique du Québec durant la Seconde Guerre mondiale. Ce projet de grande envergure a émergé d'une complexité vertigineuse de politiques locale, provinciale et nationale, et comporte également des dimensions transfrontalières et internationales. L’œuvre de Massell nous oblige à repenser les idées reçues de l’historiographie de l'hydroélectricité québécoise, l'histoire des affaires et les relations canado-américaines.

_______________________________________________________________________

2010
(Le prix a été remis à la réunion annuelle de l’American Historical Association à Boston en janvier 2011)

David L. PrestonThe Texture of Contact: European and Indian Settler Communities on the frontiers of Iroquoia, 1667-1783.

L’étude novatrice de David L. Preston, centrée sur les relations communautaires, est une analyse des contacts interculturels entre les colons - autochtones et européens – à la frontière iroquoienne. Les défis quotidiens des tâches quotidiennes et de la sociabilité témoignent de préoccupations mutuelles au sein de ces communautés multiethniques. Preston aborde ensuite les ravages causés par la guerre impériale, une guerre qui a forcé les gens à choisir leurs alliés, à redéfinir les régimes de propriété foncière et à abandonner les accommodements forgés au cours des décennies précédentes. 

___________________________________________________

2008
(Le prix a été décerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de la Colombie-Britannique)

Sharon A. Roger HepburnCrossing the Border: A Free Black Community in Canada (Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2007)

L’ouvrage de Sharon Hepburn, Crossing the Border, est l’histoire éloquente et exhaustive de la collectivité planifiée de Buxton (Ontario), lieu d’accueil de réfugiés noirs libres. Au fil de sa narration richement étoffée, l’auteure évoque les courants transatlantiques touchant à l’abolitionnisme ainsi que l’activisme transfrontalier des partisans canadiens et américains de l’émancipation. Par la même occasion, elle compare les politiques raciales de chaque pays. Navigant entre une micro-échelle axée sur les citoyens déterminés de Buxton (depuis la fondation du village en 1849) et une vue panoramique s’intéressant aux complexités de la politique raciale et de l’esclavage telles que perçues par l’historiographie américaine et canadienne, Hepburn présente un aperçu incisif d’une des rares réussites de développement de la conscience communautaire d’une population de réfugiés noirs au XIXe siècle.

Sharon A. Roger Hepburn est professeure et directrice du département d'histoire à l'Université Radford, à Radford en Virginie.

MENTIONS HONORABLES

Ann M. LittleAbraham in Arms: War and Gender in Colonial New England. University of Pennsylvania Press, 2007.

Dans Abraham in Arms, Ann Little fait valoir que tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, les notions relatives aux rapports hommes-femmes et à la famille véhiculées par l’Église ont servi à nourrir l’interprétation que les colons de la Nouvelle-Angleterre, de la Nouvelle-France et des « contrées indiennes » se faisaient de la guerre interculturelle qui les divisait. Cet ouvrage emprunte de façon astucieuse et novatrice aux disciplines s’intéressant à la religion, aux rapports sociaux entre les sexes, à la famille, à la diplomatie et à la guerre pour rappeler avec éloquence qu’aucune étude portant sur les conflits ne peut esquiver la question des sexes et de la famille pour comprendre le modèle normatif de la violence. En ce sens, cette étude s’annonce marquante pour les historiens des lieux et du passé lointains.

Karolyn Smardz FrostI've Got a Home in Glory Land : A Lost Tale of the Underground Railroad. Thomas Allen, 2007.

I've Got a Home in Glory Land est l’histoire magnifiquement relatée de l’évasion, de la capture, de la nouvelle fuite et finalement du procès d’extradition de Thornton Blackburn et de sa femme Lucie dans les années 1830. Les Blackburn se sont ultérieurement installés à Toronto, où ils ont mené une vie relativement stable et prospère jusqu’aux années 1890. Reconstitution historique extraordinaire, ce récit touchant du parcours de ces deux personnes dans le « chemin de fer clandestin » révèle aussi que le refus d’extrader les Blackburn, motivé par une combinaison d’altruisme et de patriotisme en gestation, a joué un rôle important dans la concrétisation des relations juridiques et diplomatiques entre les colonies canadiennes et les États américains. L’ouvrage de Frost, tout à la fois novateur et fascinant, met au jour un aspect constitutif des relations canado-américaines.


2006
(Le prix a été remis à la réunion annuelle de l’American Historical Association à Atlanta en janvier 2007)

John J. Bukowczyk, Nora Faires, David R. Smith, and Randy William WiddisPermeable Border: The Great Lakes Basin as Transnational Region, 1650-1990. University of Pittsburgh Press and University of Calgary Press, 2005.

Permeable Border se distingue des autres ouvrages très sérieux soumis aux membres du jury en ce qu’il réussit particulièrement bien à approfondir nos connaissances sur les régions frontalières canado-étatsuniennes grâce au nouveau concept de transnationalisme. Les auteurs font porter leur étude sur une longue période historique et tempèrent l’originalité de leur recherche par une analyse critique de l’historiographie. La frontière est présentée comme « une création de l’homme... typiquement invisible, géographiquement illogique, militairement indéfendable et affectivement inéluctable », une frontière qui, paradoxalement, s’élève et s’estompe simultanément sous l’action de deux forces contraires, celles du nationalisme et de la mondialisation. (AHA Perspectives, vol. 45, no 3, mars 2007, page 33).


2004
(Le prix a été décerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université du Manitoba)

Stephen HighIndustrial Sunset: The Making of North America’s Rust Belt, 1969-1984. Toronto: University of Toronto Press, 2003.

Dans ce livre stimulant et agréable à lire, Stephen High compare, avec beaucoup d’imagination, les impacts de la désindustrialisation sur le Midwest américain et sur le sud de l’Ontario au début de l’ère postindustrielle. L’auteur étaie son éloquent témoignage oral de renseignements tirés d’un grand nombre de sources publiées et d’un grand débat public qui a fait rage des deux côtés de la frontière. Dans un esprit comparatif, Stephen High arrime ses observations aux réactions des travailleurs et de la communauté aux fermetures d’usines survenues durant les années 1970 et au début des années 1980.

Industrial Sunset insuffle une perspective originale à un des thèmes qui se trouve au cœur des relations canado-américaines : la mobilité internationale du capital et de la main-d’œuvre. L’auteur prend comme toile de fond les discussions portant sur le rôle que les gouvernements et le capital doivent jouer pour limiter les répercussions de la restructuration industrielle. Il inscrit dans ce contexte les réactions des travailleurs canadiens et états-uniens à la réduction des activités industrielles; ce faisant, il élargit le cadre du débat public qui s’est intensifié depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange.


2002
(Le prix a été remis à la réunion annuelle de l’American Historical Association à Chicago en janvier 2003)

Francis M. CarrollA Good and Wise Measure: The Search for the Canadian-American Boundary, 1783-1842. University of Toronto Press, 2001.

A Good and Wise Measure montre, avec minutie et intelligence, comment les forces politiques en jeu et les relations entre la Grande-Bretagne et les États-Unis ont préparé le terrain aux négociations sur la délimitation de la frontière canado-américaine. L’auteur retrace l’histoire de ces pourparlers sinueux et difficiles en campant habilement les personnages qui y ont pris part. Les négociations se sont souvent déroulées sur fond de controverse et on a vu s’y affronter les intérêts économiques et militaires qui serviront de trame aux relations britanno-canado-américaines jusqu’au XXe siècle.


2000
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de l'Alberta) 

Karen DubinskyThe Second Greatest Disappointment: Honeymooning and Tourism at Niagara Falls. Between the Lines, 1999.

En ciblant son étude sur une microrégion dont l'atout spectaculaire est partagé à la fois par le Canada et les États-Unis, Karen Dubinsky retrace dans ce livre la transformation des chutes du Niagara d'un «site touristique» exclusif en l'un des plus puissants symboles de la culture nord-américaine du XXe siècle. L'auteure jette un éclairage important non seulement sur l'histoire du tourisme en Amérique du Nord, mais aussi sur l'histoire de la sexualité, du mariage et de leur commercialisation croissante dans la culture populaire. Basé sur le dépouillement d'un large éventail de sources documentaires, le livre est à la fine pointe de l'histoire culturelle et son analyse est innovatrice et probante. Rares sont les ouvrages historiques qui savent aborder de front et aussi pertinemment l'histoire du Canada et des États-Unis.


1998
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à Washington en janvier 1999.)

Elizabeth VibertTraders' Tales: Narratives of Cultural Encounters in the Columbia Plateau, 1807-1846.

L'ouvrage d'Elizabeth Vibert nous aide à mieux comprendre non seulement les peuples autochtones du plateau Columbia de la première moitié du XIXe siècle, mais aussi leurs observateurs britanniques et nord-américains de la côte Est. Le livre, divisé en chapitres thématiques, contient des analyses critiques de récits historiques des voyageurs et des marchands de fourrure. Vibert démontre comment les origines culturelles de ces observateurs ont influencé leurs perceptions des gens et des paysages qu'ils découvraient. Voilà une étude interculturelle poussée et fascinante, un modèle du genre.


1996
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université Brock)

Ernest ClarkeThe Siege of Fort Cumberland 1776: An Episode in the American Revolution.


1994
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à Chicago en janvier 1995)

Roy K. LoewenFamily, Church, and Market: A Mennonite Community in the Old and the New Worlds, 1850-1930.


1992
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard)

Richard WhiteThe Middle Ground: Indians, Empires and Republics in the Great Lakes Regions, 1650-1815

Mention honorable:

Bruno RamirezOn the Move: French Canadian and Italian Migrants in the North Atlantic Economy, 1860-1914.

Michael Doucet and John WeaverHousing the North American City.


1990
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à New York)

Reginald Stuart, United States Expansionism and British North America, 1775-1871.


1988
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de Windsor)

Jane ErringtonThe Lion, The Eagle, and Upper Canada: A Developing Colonial Ideology.


1986
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à Chicago)

James L. AxtellThe Invasion Within: The Contest of Cultures in Colonial North America.


1984
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université de Guelph)

James EayrsIn Defence of Canada. Indochina: Roots of Complicity. University of Toronto Press: Toronto, 1983.

Gregory S. Kealey and Bryan D. PalmerDreaming of What Might Be: The Knights of Labor in Ontario, 1880-1900. Cambridge University Press, 1982.


1982
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à Washington)

Guildo RousseauL'Image des États-Unis dans la littérature québécoise 1775-1930. Éditions Naaman.


1980
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université du Québec à Montréal)

Robert Bothwell and William KilbournC.D. Howe: A Biography. McClelland & Stewart.


1978
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à San Francisco)

Michael B. KatzThe People of Hamilton, Canada West: Family and Class in a Mid-Nineteenth-Century City. Harvard Univ. Press.


1976
(Le prix a été decerné à la réunion annuelle de la Société historique du Canada à l'Université Laval)

R.H. BabcockGompers.


1974 
(Le prix a été remis au congrès annuel de l'American Historical Association [AHA] à Chicago)

Lester B. Pearson, Mike, Les deux volumes des mémoires de feu Lester B. Pearson. Le prix a été remis à Robert Bothwell, qui l'a transmis à Mme Pearson le 3 janvier 1975.

 

 

Ottawa Web Design