Partager cette page

Le prix Hilda Neatby - Article de langue anglaise

L’objectif du Prix Hilda Neatby en histoire des femmes et du genre, décerné depuis 1982 par la Comité canadien de l’histoire des femmes à la réunion annuelle de la Société historique du Canada, est d'encourager la publication d’articles scientifiques sur l’histoire des femmes et du genre. 

Tout article scientifique de langue anglaise, publié au Canada en 2017 et considéré comme une contribution originale et scientifique au champ de l’histoire des femmes et du genre peut être proposé pour le Prix Hilda Neatby de 2018.

Les nominations doivent être accompagnées d'une copie de l’article et envoyées avant le 31 décembre 2017 à Dr. Élise Detellier, Présidente, Comité du Prix Hilda Neatby. Les nominations peuvent être transmises par courriel.

Adresse courriel : elise.detellier@uottawa.ca

Pour plus d’information veuillez contacter Dr. Élise Detellier (elise.detellier@uottawa.ca) ou visitez le site web du CCHF: http://chashcacommittees-comitesa.ca/ccwh-cchf/

Élise Detellier, PhD
Présidente, Comité du Prix Hilda Neatby
Comité canadien de l’histoire des femmes

________________________________________________

LAURÉATS

2017

Carmela Patrias, “More Menial than Housemaids? Racialized and Gendered Labour in the Fruit and Vegetable Industry of Canada’s Niagara Region, 1880-1945,” Labour/Le Travail 78 (Fall 2016): 69-104.

carmela.jpgAvec les Première et Deuxième guerres mondiales et la dépression comme toile de fond, cet article met l'accent sur les travailleuses saisonnières dans l'industrie des fruits et des légumes du Sud de l'Ontario. À l'aide d'un large éventail de sources primaires et secondaires, Carmela Patrias contraste adroitement l’expérience et la représentation de deux groupes de femmes: les «farmerettes», signifiant souvent les Canadiennes d'origine britannique, et les «import workers», c'est-à-dire les femmes autochtones, les Canadiennes Japonaises et les femmes immigrantes de l'Est et du Sud de l’Europe, quelques-unes provenant du sud de la frontière à Buffalo. Le premier groupe, composé d'étudiantes et d'enseignantes, a été traité beaucoup mieux grâce à leur statut respectable dû à leur éducation, leur race et leur classe, et leur travail a été considéré comme inspirant pour l'effort de guerre. Le deuxième groupe a connu des conditions de salaire, de travail et de logement plus pauvres que le premier. On se méfiait  des femmes immigrantes en raison de leur statut d’étrangères et de leurs liens avec l'activisme politique, alors que la sexualité des femmes autochtones était perçue comme suspecte. Cet article, si critique pour l’histoire de femmes, du travail, du temps de guerre et des Autochtones, signale également l'importance des études sur l’alimentation pour discuter d’ethnicité, de classe, de race et de racialisation au Canada.

__________________________________________________ 

2016

Carmen J. Nielson, « Caricaturing Colonial Space: Indigenized, Feminized Bodies and Anglo-Canadian Identity, 1873-94, »  The Canadian Historical Review, vol. 96, no 4 (December 2015), p. 473-506. 

carmen_nielson.jpgL’article de Carmen J. Nielson, « Caricaturing Colonial Space: Indigenized, Feminized Bodies and Anglo-Canadian Identity, 1873-94, » nous offre une superbe illustration et une analyse provocatrice de la métaphore visuelle du corps féminisé et autochtonisé dans le populaire magazine satirique canadien, Grip. Dans un récit fascinant sur la personnification de la nation, du genre et de la race diffusée dans les bandes dessinés et les caricatures politiques à la fin du XIXe siècle, Nielson utilise la théorie culturelle et un vaste éventail de sources primaires pour offrir à ses lecteurs un aperçu sur la façon dont un récit complexe est construit et défait. Cette étude est un remarquable commentaire sur le pouvoir social et politique de la culture visuelle dans la création de corps genrés et racialisés à titre de projets coloniaux qui étaient indissociables avec la formation de la nation, en particulier l'Ouest canadien et les Territoires du Nord-Ouest. Ce faisant, Neilson illustre habilement comment l'utilisation de l’image du corps féminisé et indianisé symbolique du Canada est tombée dans l’oubli pour faire place à celle du corps de la race blanche une fois l’autorité britannique confirmée au Canada. 

______________________________________________

2015

Katrina Ackerman, « In Defense of Reason : Religion, Science, and the Prince Edward Island Anti-Abortion Movement, 1969-1988 ».

katrina_ackerman.jpg

Pour son article « In Defense of Reason : Religion, Science, and the Prince Edward Island Anti-Abortion Movement, 1969-1988 », Katrina Ackerman étudie une grande variété de sources primaires pour décrire les actions de la Prince Edward Island Right to Life Association (RTLA), tout en s’appuyant solidement sur les sources secondaires existantes. Avec son analyse méticuleuse, profonde et nuancée des documents écrits et oraux, Ackerman dénote les liens étroits qui unissent politiciens, médecins, direction des hôpitaux et activistes du mouvement « pro-vie » dans un processus visant à bloquer l’accès à l’avortement à l’IPE. Son récit détaillé et précis dévoile les relations existant entre les développements transnationaux et l’histoire locale de la plus petite province canadienne et démontre clairement de quelle manière les membres de la RTLA ont noyauté les conseils d’administration des hôpitaux de la province pour restreindre et empêcher l’accès aux services d’avortement même après l'entrés en vigueur de la légalisation de l’avortement en 1969. Ainsi, cet article offre des faits essentiels à notre compréhension des enjeux actuels concernant l’accès aux services d’avortement. Il constitue une démonstration du talent et de l’habileté des nouvelles chercheures et représente un exemple remarquable de leurs contributions à l’histoire des femmes au Canada. 

_______________________________________________________

2014

Adele Perry, “James Douglas, Amelia Connolly, and the Writing of Gender and Women’s History,” in Catherine Carstairs and Nancy Janovicek (eds.), Feminist History in Canada: New Essays on Women, Gender, Work, and Nation (Vancouver and Toronto: UBC Press, 2013), pp. 23-40.

adele_perry.jpg

Adele Perry’s article, “James Douglas, Amelia Connolly, and the Writing of Gender and Women’s History,” revisits familiar terrain.  James Douglas, British Columbia’s first governor, is a stock character in Canadian survey histories.  The familiarity of James Douglas' identity as fur trader and governor is partly why Perry’s article is so compelling.  Through a careful exploration of the gendered dimensions of the relationship between Douglas and his wife, Amelia Connolly, and of the Connolly-Douglas family’s public identity, Perry firmly establishes the importance of understanding Canadian colonial politics in gendered terms.  At the same time, Perry provides a sophisticated analysis of the way transnational intimate heterosexual relationships are informed by, and in turn inform, colonial hierarchies of gender, race and class.  She pushes historians to consider how the individual lives of women and men are bound up in larger systems of oppression. This article demonstrates the great value of considering historical subjects as embedded within multi-layered private and public contexts and of developing insights provided by a broad reading of secondary sources, particularly when archival records of individuals do not survive or are unavailable, thereby reinforcing their marginal status in the historical record.

__________________________________________________________________

2013

Sheyfali Saujani, "Empathy and Authority in Oral Testimony: Feminist Debates, Multicultural Mandates, and Reassessing the Interviewer and her 'Disagreeable' Subjects." Histoire social/Social History, vol. XLV, no. 90 (November 2012), 361-391.

L'article de Sheyfali Saujani apporte d'importantes contributions à la théorie et à la méthodologie féministes, ce qui démontre que les entrevues pour l’histoire orale peuvent contenir des ruptures de conversation au cours desquelles les personnes interrogées refusent l'empathie et affirment leur autorité. Selon Saujani, certaines personnes interrogées ont refusé d’être considérées comme des sujets ethniques. Elles étaient d’avis que l'étiquetage « ethnique » comportait des imputations subtiles d'ignorance. En combinant une analyse textuelle perceptible et des discussions plus larges sur les tensions raciales des années 1970, « Empathy and Authority » offre de nouvelles perspectives intéressantes sur la pratique de l'histoire orale, ainsi que sur l'historiographie féministe en général.

Mention honorable

Andrea Eidinger,  "Gefilte Fish and Roast Duck with Orange Slices": A Treasure for My Daughter and the Creation of a Jewish Cultural Orthodoxy in Postwar Montreal. In Franca Iacovetta, Marlene Epp, and Valerie Korinek, eds., Edible Histories, Cultural Politics: Towards a Canadian Food History, 189-208. Toronto: University of Toronto Press, 2011.

"Gefilte Fish and Roast Duck with Orange Slices" d'Andrea Eidinger est un travail exemplaire dans l'historiographie féministe canadienne. En posant la question, "Qu'est-ce qu'un Juif?" tout en explorant le livre de cuisine juive canadienne, A Treasure for My Daughter  (1950), "Gelfite Fish" examine l'identité juive orthodoxe dans l'après-guerre au Canada. Publié il ya un demi siècle, A Treasure for My Daughter tient toujours une place vedette dans les cuisines juives et est souvent transmis de mère et fille. Contenant non seulement des recettes paysannes et de la classe ouvrière de Europe de l'Est comme le poisson farci mais aussi des plats nord-américains comme la dinde rôtie avec tous les accompagnements, A Treasure for My Daughter puise dans un éventail d'influences, même s'il privilégie l'histoire biblique et la culture israélienne moderne. Fait à noter, le livre sous entend que les mères juives sont responsables de la sauvegarde de l'identité culturelle juive. Fruit d'une analyse riche, "Gelfite Fish" est un modèle pour les futures recherches sur le sexe, la classe sociale, l'ethnicité, l'identité et la nourriture.

______________________________________________________________

2012

Donica Belisle, "Crazy for Bargains: Inventing the Irrational Female Shopper in Modernizing English Canada", CHR 92, 4, (December 2011), 581-606.

Donica Belisle a rédigé un article novateur, stimulant, bien documenté et multidimensionnel qui examine attentivement le stéréotype de la femme acheteuse compulsiveau Canada entre 1890 et 1930, tel qu’il a été édifié par une série de critiques masculins. Belisle retrace de façon convaincante la gamme des angoisses sociales, économiques et des rapports homme-femme qui ont alimenté les préoccupations des hommes, en faisant valoir de façon convaincante que la construction de l’acheteuse compulsivedes femmes a également contribué à définir la masculinité rationnelle moderne.  Belisle utilise des sources diverses de partout au Canada, autant laïques que religieuses. Il s’agit d’une contribution majeure à l'histoire des femmes canadiennes et à l'histoire de la consommation au Canada.

_____________________________________________________________

2011

Heidi MacDonald. “Who Counts? Nuns, Work and the Census of Canada”. Histoire Sociale/Social History vol. 43, no. 86 (November 2010), 369-391

Heidi MacDonald a produit un texte impressionnant et perspicace sur les différentes manières dont les femmes religieuses (les sœurs) ont été exclues ou sous-estimées de façon significative dans le recensement canadien. En s'appuyant sur l'historiographie sur la sous-représentation et la fausse représentation des femmes et celles qui cumulaient de multiples professions dans le recensement, tout en allant au-delà de ce travail, l’article de MacDonald explique de façon convaincante et originale comment les religieuses ont été vues (et non pas vues) par les recenseurs, et les implications que cela a eu sur la précision du recensement à la fois des religieuses et plus généralement des femmes professionnelles.

___________________________________________________________________

2010

 

Shirley Tillotson,"The Family as Tax Dodge: Partnership, Individuality, and Gender in the Personal Income Tax Act, 1942 to 1970". The Canadian Historical Review Volume 90, Number 3, September 2009

________________________________________________________________

2009

Sarah Glassford, « The Greatest Mother in the World. Carework and the Discourse of Mothering in the Canadian Red Cross Society during the First World War », Journal of the Association for Research on Mothering, vol. 10, n° 1, 2008.

Cet article présente une étude nuancée et complexe sur la façon dont la notion de maternage en est venue à dominer l’appréciation du travail des femmes au sein de la Société canadienne de la Croix-Rouge au cours de la Première Guerre mondiale. Sarah Glassford explore les soucis émotifs et le travail des femmes auprès des soldats postés à l’étranger ainsi que les possibilités et les restrictions auxquelles elles ont fait face au niveau de la prise en main de leur destinée et de leurs aspirations politiques. L’étude d’envergure nationale, basée sur des recherches multidisciplinaires sur le maternage et l’historiographie sur le féminisme maternel au début du XXe siècle, évoque la maternité comme une catégorie sociale et fluide. Elle souligne aussi le rôle de femmes éminentes sans toutefois négliger le travail moins glamour des « tricoteuses de chaussettes » bénévoles dans les collectivités locales partout au pays. Glassford apporte ainsi une importante contribution à l’histoire des femmes, de la médecine, de la citoyenneté et du front domestique pendant la Première Guerre mondiale.


2008

Cynthia Toman. " Front Lines and Frontiers: War as Legitimate Work for Nurses, 1939-1945".

Dans cet excellent article, Mme Toman offre des perspectives nouvelles et importantes sur le rôle des femmes œuvrant sur les premières lignes et l’expérience des infirmières au pays à la fin de la guerre. L’auteur élabore un argument fascinant quant au renversement des rôles dans le contexte des connaissances de la médecine, de la technologie et de la guerre, un argument qui est solidement appuyé par un étalage impressionnant de sources, notamment 55 entrevues orales et 1145 dossiers personnels. L’auteur apporte une contribution inestimable à l’histoire des femmes et des sexes, ainsi qu’à l’histoire militaire et à celle de la vie ouvrière, tout en demeurant très attentive à l’historiographie internationale. « Front Lines and Frontiers » est un article écrit de façon vivante et fort intéressante.

Mention honorable

Joan Sangster. " Constructing the 'Eskimo' Wife: White Women’s Travel Writing, Colonialism, and the Canadian North, 1940-1960".

L’article de Joan Sangster est une merveilleuse exploration de l’histoire des femmes du Nord. En s’inspirant d’une vaste recherche, Mme Sangster élabore deux thèmes importants : les femmes comme joueurs clés dans la colonisation du Nord, ainsi que les pratiques discursives qui ont appuyé et approfondi l’hégémonie des Blancs. Cet article puissant explore comment les récits de voyage des femmes ont reflété les formes d’oppression raciale d’après guerre et les pratiques de colonisation; le tout situé dans un paysage culturel réduisant à l’essentiel et généralisant les cultures autochtones. L’auteur fait un usage original des sources textuelles, tout en offrant un cadre théorique stimulant et une introduction à la documentation.


2006

Cecilia Morgan
. “Performing for ‘Imperial Eyes’: Bernice Loft and Ethel Brant Monture, Ontario, 1930s-1960s”, in/dans Katie Pickles and/et Myra Rutherdale, Contact Zones: Aboriginal and Settler Women in Canada’s Colonial Past, Vancouver: UBC Press, 2006.

Cecilia Morgan présente ici une étude originale et pénétrante qui donne voix et vie à deux artistes iroquoises du XXe siècle. Elle cherche à comprendre leur expérience et à en tirer des observations sur la façon dont les femmes autochtones étaient perçues et se percevaient elles-mêmes; pour cela, elle les situe dans le contexte des relations entre Blancs et Autochtones, et analyse leurs pratiques culturelles au sein de leurs propres communautés. Cecilia Morgan traite rigoureusement les quelques sources documentaires dont elle a pu disposer, montrant ainsi qu’elle est très consciente de la complexité de la tâche de l’historien. Encore plus remarquable est la manière dont elle applique les plus récentes théories féministes en matière d’impérialisme et de colonialisme pour décoder les initiatives et les comportements de Loft et de Monture. Se fondant sur ces études de cas et en tenant compte de la réaction du public, elle démontre qu’une performance n’est pas toujours unidirectionnelle. Son recours précis et instructif aux documents liés au monde du spectacle approfondit notre compréhension de cet outil conceptuel et nous laisse entrevoir tout le potentiel qu’il réserve aux autres historiens qui choisiraient de s’en prévaloir dans d’autres domaines de recherche.


2005

Katherine McKenna. "Women's Agency in Upper Canada: Prescott's Board of Police Record, 1834-50," Histoire sociale/Social History.

Grâce à l’utilisation judicieuse d’une source documentaire originale, les dossiers judiciaires, Katherine McKenna apporte un éclairage nouveau sur la vie des femmes des classes populaires dans la société du Haut-Canada, et modifie le portrait que nous en avions. Son article nous offre un exposé convaincant des différences entre les femmes de la classe moyenne et celles des classes populaires. L’auteure démontre la conduite transgressive de ces dernières et leurs efforts déterminés en vue d’utiliser la loi pour faire en sorte que justice leur soit rendue. Elle montre également que les femmes des classes populaires perdent graduellement leur emprise sur les valeurs morales de la communauté au fur et à mesure que la mise en application de la loi se concentre aux mains des pères de la cité. Mais, en dépit de l’application patriarcale de la lettre de la loi, on ne peut ignorer que les femmes des classes populaires font preuve d’une étonnante capacité d’action et de représentation, dans leurs tentatives d’utilisation de l’appareil judiciaire local pour se forger une dignité et une sécurité.

Mention honorable

Pamela Sugiman. "Passing Time, Moving Memories: Interpreting Wartime Narratives of Japanese Canadian Women." Histoire sociale/Social History.

Dans son étude sur les récits des Canadiennes d’origine japonaise pendant la deuxième guerre mondiale, Pamela Sugiman combine l’histoire orale, l’analyse de lettres qui avaient été dérobées et censurées et que l’État a maintenant en sa possession, ainsi que ses propres réflexions autour de la notion de mémoire. Elle intègre le tout dans une analyse de l’expérience vécue par ces femmes durant leur internement. Cette analyse, qui est d’une vive intensité et d’une portée significative, prouve la valeur de l’histoire orale et bouleverse l’idée d’une adaptation tranquille des Canadiennes d’origine japonaise à leur internement. Au contraire, l’auteure montre que ces femmes ont opposé une résistance critique aux mesures d’internement et qu’elles savaient ces mesures profondément racistes et discriminatoires.


2004 

Karen Duder. ‘Public Acts and Private Languages: Bisexuality and the Multiple Discourses of Constance Grey Swartz’ in BC Studies, 136 (Winter 2002-3).

Dans une lutte très serrée pour le prix Hilda Neatby, Karen Duder a réussi à se démarquer des autres candidats en proposant un article qui fera époque dans l’histoire de la sexualité par le débat théorique novateur qu’il soulève et par sa manière originale d’exploiter les écrits personnels d’une femme. Karen Duder s’intéresse aux rapports sexuels et affectifs de Constance Grey Swartz pendant les années 1920 et 1930. Elle avance qu’on ne peut pas définir aisément la sexualité de Constance Swartz en recourant au cadre d’analyse prépondérant dans la plupart des ouvrages en histoire des lesbiennes, des gais et des bisexuels. En scrutant les riches écrits de Constance Swartz, Karen Duder met au jour le mécanisme de la polarité hétérosexualité-homosexualité et, d’une façon très attrayante, lève le voile sur la vie des Britanno-Colombiennes de la classe moyenne, qui, dans les années 1920 et 1930, appréciaient entretenir des relations avec des amants et des amantes.

Mention honorable

Patricia Jasen, “Malignant Histories: Psychosomatic Medicine and the Female Cancer Patient in Postwar America,” Canadian Bulletin of Medical History, 20, 2 (November 2003).

L’article de Patricia Jasen, intitulé « Malignant Histories: Psychosomatic Medicine and the Female Cancer Patient in Postwar America », est un travail mûri dans lequel les considérations théoriques étayent une recherche empirique méticuleuse. L’article s’intéresse principalement au discours médical et montre comment les « experts » scientifiques de l’après-guerre ont sexualisé leurs explications des causes du cancer.


2003

Renisa Mawani, «Regulating the 'Respectable' Classes: Venereal Disease, Gender, and Public Health Initiatives in Canada, 1914-35», dans John McLaren, Robert Menzies et Dorothy E. Chunn (dir), Regulating Lives: Historical Essays on the State, Society, the Individual and the Law (Vancouver, UBC Press, 2002) : 170-95.

Le comité du prix Hilda Neatby (article anglais) avait à choisir entre un bon nombre de fortes candidatures, mais il est tombé d'accord pour dire que l'article de Renisa Mawani était particulièrement remarquable. L'auteure explique que les campagnes de sensibilisation aux maladies vénériennes n'étaient pas uniquement une croisade contre les femmes aux mœurs légères et une guerre de réformateurs de la santé publique. L'exposé clair et convaincant de Renisa Mawani démontre en fait que les réformateurs recouraient à ces campagnes subventionnées par l'État pour atteindre un objectif bien plus ambitieux. Ils espéraient modeler ou remodeler les désirs sexuels de telle façon que toute la population adopte le même comportement vertueux, correspondant aux valeurs des Blancs issus de la classe moyenne, hétérosexuels, mariés et monogames.
Dans cet article, Mawani examine la campagne antivénérienne qui a été lancée au Canada dans l'entre-deux-guerres. S'inspirant des théories de la régulation sociale de Foucault, son analyse des dépliants, brochures et autres documents diffusés par les autorités gouvernementales, médicales et religieuses au cours de cette période, démontre de manière tout à fait convaincante que cette campagne de santé publique visait non pas seulement les groupes marginaux ou considérés plus «à risques», comme les jeunes femmes seules ou les jeunes hommes de la classe ouvrière, mais aussi les «classes respectables». Reposant sur une argumentation solide, l'article de Mawani souligne que le discours et les stratégies déployées visaient en réalité à réguler les pratiques sexuelles de tous les Canadiens, autant hommes que femmes, un phénomène qui a généralement été négligé par les historiens de la lutte antivénérienne. Tout en signalant la persistance du double standard sexuel et le maintien d'une perception différenciée des maladies vénériennes et de leur contrôle suivant la classe sociale ou le groupe d'appartenance, Mawani met bien en évidence le caractère éminemment moral des campagnes de prévention et la manière dont elles ciblaient les deux sexes : ce faisant, elle insiste sur le brouillage des frontières de genre et sur la nécessité de demeurer ouverts à des lectures alternatives de nos sources.


2002

Susan Dalton, «Gender and the Shifting Ground of Revolutionary Politics: The Case of Madame Roland», Canadian Journal of History XXXVI (août 2001): 259-82.

Susan Dalton s’est servie des rapports hommes-femmes pour réinterpréter l’activité politique des femmes pendant la Révolution française : elle a ainsi produit une brillante étude historique savante, convaincante et percutante. Cet article jette un nouvel éclairage sur les politiques révolutionnaires, sur les normes sexuelles et sur la célèbre figure littéraire et politique qu’était Madame Marie-Jeanne Roland. Érudite imprégnée de savoir sur le féminisme international, Susan Dalton nous présente sous un angle original la correspondance de Mme Roland et le rôle politique qu’elle a joué entre 1788 et 1793. Mme Roland profite des libertés de la société révolutionnaire française pour modifier les codes sexuels, combinant ainsi son grand intérêt pour la politique avec ses valeurs féministes. Selon les circonstances personnelles ou politiques, Mme Roland a incarné successivement trois types de femme patriote, l’une incitant le peuple à la révolution, l’autre énonçant des politiques et l’autre rapportant et commentant les événements. Susan Dalton démontre que Mme Roland ne changeait pas d’idées et de moyens d’action par opportunisme, mais plutôt parce que sa compréhension de la société s’affinait progressivement. Rien de cela, bien sûr, ne l’empêcha d’être guillotinée, mais son cas, tel que présenté par Susan Dalton, nous offre un modèle de femme éclairée et peut-être même un modèle de comportement politique en période de crise.


2001

Rianne Mahon, The Never-Ending Story: the Strugle for Universal Child Care Policy in the 1970s, Canadian Historical Review 81.4 (décembre 2000): 582-615

L'article de Rianne Mahon contribue de façon majeure à notre connaissance et notre compréhension de l'histoire des relations entre les femmes et la construction des politiques fédérales sur l'enfance. Dans une argumentation qui prend comme point d'appui la demande féministe d'une part et les conditions économiques qui rendaient nécessaires l'adoption de services universels de garderie d'autre part, Rianne Mahon examine en profondeur les complexités de la bureaucratie fédérale. Les fonctionnaires fédéraux, hommes et femmes, qui cherchaient à implanter un programme féministe, tentèrent de faire adopter les recommandations de la Commission royale d'enquête sur le statut de la femme touchant aux services universels de garderie. Ce faisant, ils entrèrent en conflit avec les positions traditionnelles de la politique sociale fédérale qui voulaient qu'en ces matières, les questions touchant la famille, l'aide sociale, l'équité envers les régions ou la place du Québec au sein de la Confédération devaient l'emporter sur la recherche de l'égalité entre les hommes et les femmes, argument par excellence des féministes de cette génération au sein de l'État.
L'analyse minutieuse et lucide que fait Rianne Mahon dans son article, sa démonstration convaincante contribue triplement à l'histoire des femmes. Elle dévoile comment la question des services de garderie devint un sujet de débat dans la politique fédérale des années 70. Elle expose les obstacles aussi bien idéologiques qu'institutionnels que durent franchir les féministes de la fonction publique. Elle éclaire enfin de façon nouvelle les liens existants entre les féministes de la seconde vague, travaillant au service de l'État et cherchant à mettre de l'avant le principe de l'égalité, avec les féministes de la génération précédente, femmes professionnelles dont les préoccupations étaient davantage tournées vers le bien-être de la femme en tant que mère.


2000

Joan Sangster, Criminalizing the Colonized: Ontario Native Women Confront the Criminal Justice System, 1920-1960. Canadian Historical Review, no. 80.1 (March 1999), 32-60.

Dans une étude très fouillée, Sangster démontre que trois éléments liés ont contribué à l'incarcération disproportionnelle des femmes autochtones : «The material and social dislocation precipitated by colonialism, the gender and race paternalism of court and penal personnel, and the related cultural gap between Native and Euro-Canadian value systems, articulating very different notions of crime and punishment.» Les dossiers de la maison de correction Mercer lui permettent d'évoquer, d'une façon frappante, les pertes douloureuses et les injustices amères subies par les femmes autochtones. En outre, sa connaissance étendue des littératures anthropologique, criminologique et psychologique, à la fois récente et celle des années quarante et cinquante, lui permet d'expliquer la logique du système de justice euro-canadienne aussi bien que les réponses des autochtones. Tandis qu'elle confirme que les différences culturelles étayaient les torts qu'elle décrits, Sangster évite néanmois de dichotomiser les perspectives «autochtone» et «euro-canadienne.» Traitant son sujet d'une façon savante et sensible, cet article contribue de façon significative à l'histoire des femmes canadiennes.

Mention honorable :

Elizabeth Smyth, Sandra Acker, Paula Bourne and Alison Prentice, eds., Challenging Professions: Historical and Contemporary Perspectives on Women's Professional Work. University of Toronto Press, 1999.

Ce recueil de textes offre une remarquable image de la contribution des femmes de la classe moyenne à la vie sociale canadienne. Un grand nombre de professions dites féminines y sont représentées : infirmière, nutritioniste, travailleuse sociale, religieuse et institutrice. Mais on met aussi en scène des femmes ayant occupé des emplois habituellement réservés aux hommes : physicien, forestier, pharmacien, professeur, comptable, prédicateur et médecin. On y trouve même un article sur la vie de la compositrice Jean Coulthard. L'introduction présente de façon lucide et érudite les thèmes politiques et historiques auxquels se confrontent les études portant sur les femmes professionnelles. Avec son ensemble impressionnant de récits et d'analyses, l'anthologie démontre d'une façon convaincante qu'étudier les femmes dans les professions est en même temps apprendre les multiples interrelations entre le genre et le pouvoir au XXe siècle.


1999

Donald F. Davis and Barbara Lorenzkowski. A Platform for Gender Tensions: Women Working and Riding on Canadian Urban Public Transit in the 1940s. The Canadian Historical Review.

L'article de Davis et Lorenzkowski sur la place des femmes dans l'espace public, en l'occurrence le système de transport en commun durant la Seconde Guerre mondiale, présente un aperçu original sur l'expérience quotidienne des femmes en temps de guerre. Les auteurs situent le concept de genre au centre de leur étude, pour une période où certains stéréotypes furent brisé au moins temporairement. Nous les félicitons pour leur analyse subtile de la transgression des valeurs traditionnelles et des idées reçues sur la nature féminine.


1998

Elsbeth Heaman, Taking the World by Show: Canadian Women as Exhibitors to 1900, Canadian Historical Review


1997

Julie Guard, "Fair Play or Fair Pay? Gender Relations, Class Consciousness, and Union Solidarity in the Canadian UE"

Honourable Mention:

Raelene Frances, Linda Kealey and Joan Sangster, Women and Wage Labour in Australia and Canada, 1880-1980


1996

Joy Parr, Gender History and Historical Practice


1995

Rusty Bittermann, Women and the Escheat Movement: The Politics of Everyday life on Prince Edward Island


1994

Joan Sangster, The Softball Solution: Female Workers, Male Managers and the Operation of Paternalism at Westclox, 1923-1960


1993

Suzanne Morton, Women on Their Own: Single Mothers in Working Class Halifax in the 1920s


1992

Dyan Elliott, "Dress as Mediator Between Inner and Outer self: The Pious Matron of the high and Later Middle Ages", in Mediaeval Studies, 53 (1991)


1991

Ruth Roach Pierson
, Gender and the Unemployment Insurance Debates in Canada, 1934-1940


1990

Judith Fingard, "College, Career, and Community: Dalhousie Coeds, 1881-1921", Youth, University, and Canadian Society, 1989.


1989

E. Patricia Tsurumi, "Serving in Japan's Industrial Army: Female Textile Workers, 1868-1930", Canadian Journal of History, August 1988.


1988

Joy Parr, "The Skilled Emigrant and her Kin: Gender, Culture and Labour Recruitment", Canadian Historical Review, December 1987.


1987

Franca Iacovetta, "From Contadina to Worker in Toronto, 1947-62", Looking Into My Sisters' Eyes: An Exploration in Women's History, The M.H.S.O., 1986, pp. 195-223.
&
Alison Prentice & Marta Danylewycz, "Teacher's Work: Changing Patterns in the Emerging School System of Nineteenth Century Central Canada", Labour/Le Travail, no 17, printemps 1986, pp. 59-80


1986

Diana Pedersen & Martha Phemister, "Women and Photography in Ontario, 1839- 1929", in special issue of Scientia Scientia Canadensis on "Women, Technology and Medicine in Canada", volume 9, number 1.

Honourable Mention:

Susan Mann Trofimenkoff, "Feminist Biography", Atlantis, volume 10, number 2.

Ottawa Web Design