Partager cette page

Le prix Hilda-Neatby - Article de langue française

L’objectif du Prix Hilda Neatby en histoire des femmes et du genre, décerné depuis 1982 par la Comité canadien de l’histoire des femmes à la réunion annuelle de la Société historique du Canada, est d'encourager la publication d’articles scientifiques sur l’histoire des femmes et du genre. 

Tout article scientifique de langue française, publié dans une revue ou un livre canadien ou international en 2017 et considéré comme une contribution originale et scientifique au champ de l’histoire des femmes et du genre peut être proposé pour le Prix Hilda Neatby de 2018.

Les nominations doivent être accompagnées d'une copie de l’article et envoyées avant le 31 décembre 2017 à Dr. Élise Detellier, Présidente, Comité du Prix Hilda Neatby. Les nominations peuvent être transmises par courriel.

Adresse courriel : elise.detellier@uottawa.ca

Pour plus d’information veuillez contacter Dr. Élise Detellier (elise.detellier@uottawa.ca) ou visitez le site web du CCHF: http://chashcacommittees-comitesa.ca/ccwh-cchf/.  

Élise Detellier, PhD
Présidente, Comité du Prix Hilda Neatby
Comité canadien de l’histoire des femmes

 ____________________________________________________

LAURÉATS

2017

Mélanie Morin-Pelletier, « ‘The Anxious Waiting Ones at Home’: Deux familles canadiennes plongées dans le tourment de la Grande Guerre, »  Histoire sociale/Social History XLVII, 94 (Juin/June 2014) : 353-368.

melanie_morib-pelletier.jpgDans son article, Mélanie Morin-Pelletier nous plonge dans l’histoire des émotions en examinant la correspondance intime d’une mère avec son fils et d’une épouse avec son mari pendant la Première Guerre mondiale. Passant du quotidien montréalais à celui de la ferme albertaine, Morin-Pelletier nous livre le témoignage de deux femmes, une mère urbaine et une épouse rurale, à la fois rongées par l’inquiétude et déterminées à rassurer le fils ou le mari parti au front. L’analyse de ces deux collections rares de lettres, écrites en anglais, nous rappelle la richesse que représentent les sources épistolaires pour mieux saisir les sentiments qu’ont vécus les femmes, les hommes et les enfants par rapport aux événements passés. Cet article illustre que le travail fait par des femmes au homefront était en même temps pratique et émotionnel parce que l’impact de la guerre a changé la vie des familles et augmenté leurs responsabilités au quotidien. Enfin, cet article convaincant et émouvant est un très bon exemple de la recherche et de l’écriture bilingue.

____________________________________________________

2016

Louise Bienvenue et Guy Laperrière, « ‘Sans elles, le collège ne serait pas ce qu’il est’ : Le travail des Petites Sœurs de la Sainte-Famille dans les collèges classiques au Québec ». Histoire sociale/Social History, vol. XLVII, no 93 (Mai/May 2014), p. 5-35.

louise_bienvenue.jpg guy_laperrie?re.jpgDans “‘Sans elles, le collège ne serait pas ce qu’il est’: Le travail des Petites Sœurs de la Sainte-Famille dans les collèges classiques au Québec,” Louise Bienvenue et Guy Laperrière offrent une analyse fine et approfondie du travail des Petites Sœurs de la Sainte-Famille (PSSF) dans des collèges classiques du Québec avant la Révolution tranquille. Plus précisément, Bienvenue et Laperrière nous font découvrir la signification spirituelle du travail des PSSF dans les collèges, ainsi que son apport économique, révélant l’histoire d’une congrégation peu connue dans l’historiographie québécoise de l’éducation et des communautés religieuses, et qui y a pourtant joué un rôle primordial.  Les auteurs présentent  un sujet très peu étudié et riche pour l'histoire des femmes dans un article très bien écrit et structuré. Ils utilisent efficacement et judicieusement des sources secondaires et primaires variées qui sont bien présentes dans l'analyse.

__________________________________________________

2015

Aline Charles, « Femmes âgées, pauvres et sans droit de vote, mais… citoyennes ? Lettres au premier ministre du Québec, 1935-1936 ». Recherches féministes, vol. 26, nº 2, 2013, p. 51-70.

aline_charles.jpgDans son article « Femmes âgées, pauvres et sans droit de vote, mais… citoyennes ? Lettres au premier ministre du Québec, 1935-1936 », Aline Charles analyse un important corpus de lettres envoyées au premier ministre libéral Louis-Alexandre Taschereau par des femmes qui lui demandent des comptes au sujet des pensions de vieillesses promises en octobre 1935, mais toujours non versées en janvier 1936. En prenant la plume, ces femmes âgées, issues de milieux populaires, montrent qu’elles n’ont pas attendu d’obtenir le droit de vote provincial et n’ont pas eu besoin d’une association quelconque pour se définir en tant que citoyennes méritant la considération et le soutien de l’État. Elle montre avec brio que ces femmes, loin de correspondre aux stéréotypes de résignation et de passivité attribués à leur catégorie, étaient actives, visibles et capables de réclamer leur dû. Si ces femmes évoquent souvent leur misère dans leur supplique, nombreuses sont celles qui demandent une pension simplement parce qu’elles estiment y avoir droit, comme les autres Canadiens et Canadiennes. Aline Charles contribue non seulement à l’histoire des femmes au Québec et au Canada, mais s’inscrit aussi dans une nouvelle historiographie de la vieillesse, tout en ajoutant à notre compréhension de l’histoire du Québec dans les années 1930. Son travail se situe ainsi à l’intersection du genre, de l’âge et de la pauvreté et contribue significativement aux réflexions et débats actuels sur la nécessité et le devenir de mesures sociales essentielles, comme les pensions de vieillesse.


________________________________________________

2014

Thierry Nootens, « "Des privations ne peuvent pas constituer une fortune" : les droits financiers des femmes mariées de la bourgeoisie québécoise face au marché?, 1900-1930 », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 65, n° 1, 2011, p. 59-96.

nootens.jpg 

L’histoire des femmes et du féminisme a montré qu’à partir de la fin du 19ième siècle, les femmes mariées du Québec se trouvaient désavantagées  comparativement à celles du reste du Canada en raison de l’incapacité juridique imposée par le Code civil. Mais quelles étaient les conséquences de cette infériorité juridique pour les femmes mariées en séparation de biens, parfois considérées comme privilégiées ou protégées par leur contrat de mariage ? Dans son article “²Des privations ne peuvent pas constituer une fortune². Les droits financiers des femmes mariées de la bourgeoisie québécoise face au marché, 1900-1930”, Thierry Nootens analyse 71 cas retenus par la jurisprudence pour mieux comprendre l’expérience de ces femmes. Allant bien au-delà d’une étude des articles de la loi, ses recherches révèlent les difficultés et les contraintes pesant sur elles, de même que les ambigüités et les failles présentes dans les contrats de mariage. Il démontre que si certaines femmes parvenaient à faire valoir leurs droits en cas de conflit, d’autres se trouvaient victimes de transactions douteuses, de clauses impossibles à appliquer et de malversations de la part de leur époux. Il lève le voile sur la fragilité de la situation de ces femmes et expose la différence entre ce que le droit permet ou impose, les décisions prises par les époux, les contraintes imposées par certaines difficultés économiques et la difficulté de faire prévaloir les droits des épouses dans une économie de marché.

_____________________________________________________________

2013

Le prix n'a pas été décerné

_____________________________________________________________

 

2012

Benoît Grenier. "Réflexion sur le pouvoir féminin au Canada sous le Régime français: Le cas de la "seigneuresse" Marie-Catherine Peuvret (1667-1739)". Histoire Sociale/Social History, 42, no 84 (2009) 299-326.

L'article de Benoît Grenier constitue un apport stimulant dans les débats concernant le pouvoir féminin dans les sociétés coloniales. Il retrace subtilement la manière dont la société patriarcale encadre l'autonomie des femmes en étudiant un groupe de veuves seigneuresses et en s'attardant au cas spécifique et exceptionnel de Marie-Catherine Peuvret. L'auteur démontre qu'en Nouvelle-France, le pouvoir féminin dépend surtout de circonstances particulières, comme l'âge de la veuve et la situation des héritiers masculins. En outre, il suggère que les femmes qui conservent longtemps le contrôle de leur seigneurie se distinguent par leur force de caractère et semblent prêter le flanc à la contestation par leurs censitaires et leurs voisins mâles. Avec cet article, Benoît Grenier relance et enrichit le débat historiographique sur les femmes favorisées en Nouvelle-France. Il incite également historiens et historiennes à considérer simultanément les contraintes sociales, les possibilités d'autonomie individuelle et les réactions possibles face à une figure d'autorité inhabituelle dans leur compréhension du pouvoir, de son exercice et de sa symbolique.

____________________________________________________________________

2011

Maude-Emmanuelle Lambert,  « Québécoises et Ontariennes en voiture! L’expérience culturelle et spatiale de l’automobile au féminin (1910-1945) ». La Revue d’histoire de l’Amérique française, vol 63 nos. 2-3, automne 2009-hiver 2010.

L’analyse de Maude-Emmanuelle Lambert sur les perceptions et les réalités des femmes automobilistes en Ontario et au Québec au milieu du vingtième siècle oblige les historiens à percevoir la relation entre le sexe, la technologie et la consommation différemment. L'auteur a identifié plus de similitudes que de différences entre les conductrices des deux provinces malgré les divisions culturelles et linguistiques. Elle fournit également des preuves convaincantes que de nombreuses femmes, en provenance de différentes classes sociales, ont apprécié les possibilités d'indépendance et de la vitesse offertes par la nouvelle technologie dès les premières années de l'automobile.

___________________________________________________________________

2010 

Élise Detellier,“Bonifier le capital humain” : le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec, 1920-1950. Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 62, nos 3-4, 2009, p. 473-499.

___________________________________________________________________

2009

Yolande Cohen, « De la nutrition des pauvres malades. L’histoire du Montreal Diet Dispensary de 1910 à 1940 », Histoire sociale/Social History, vol. 41, n° 81, mai 2008.

L’article de Yolande Cohen sur le Montreal Diet Dispensary est une contribution importante à l’histoire canadienne et internationale en ce qui a trait aux politiques maternalistes et à la formation de l’État-providence au XXe siècle. L’auteure y présente une étude complexe sur le dispensaire et une analyse pénétrante de l’éventail de femmes concernées – philanthropes, bénévoles, professionnelles (travailleuses sociales et nutritionnistes y compris), activistes et bénéficiaires. Cette étude de cas solide au point de vue théorique et empirique porte sur une institution qui a précédé « l’État-providence moderne » et renseigne sur le travail de première ligne et l’élaboration de politiques dans ce secteur. S’appuyant sur l’historiographie féministe canadienne-anglaise autant que québécoise sur la professionnalisation et le rapport hommes-femmes au sein de l’État-providence, elle replace le discours national classique du passage « de la colonie à la nation » dans un cadre féministe et de santé publique. Cohen a aussi apporté une contribution importante à l’étude de la politique sociale et des mouvements sociaux, ainsi qu’à l’histoire des femmes et des classes à Montréal et au Canada au début du XXe siècle.


2008

Le prix n'a pas été décerné
2007

Le prix n'a pas été décerné
_______________________________________________________________________

2006

Le prix n'a pas été décerné

2005

Le prix n'a pas été décerné


2004

Le prix n'a pas été décerné
2003

Laurence Monnais-Rousselot
, «La médicalisation de la mère et de son enfant : l'exemple du Vietnam sous domination française, 1860-1939», Bulletin canadien d'histoire de la médecine 19(1)(2002) : 47-94.

Dans cet article, Laurence Monnais-Rousselot retrace le processus de médicalisation maternelle et infantile par les autorités coloniales françaises en Indochine pour la période 1860 et 1939. Tout en se fondant sur une large variété de sources françaises et vietnamiennes, l'étude montre comment les autorités coloniales ont très tôt misé sur la santé de la mère et de l'enfant comme principal moyen de gestion des ressources humaines locales. Son analyse prend soin de remettre ce mouvement de médicalisation de la maternité en perspective, le situant en regard des travaux déjà réalisés pour l'Occident sur cette question, mais sans jamais perdre de vue les éléments distinctifs liés au contexte colonial. Elle porte ainsi une attention particulière au rôle joué par les sages-femmes indigènes et insiste sur la manière dont les autorités sanitaires métropolitaines ont dû tenir compte du contexte pathologique, mais aussi économique, culturel et même des traditions médicales de la région et de ses habitants. Qualifiée de «fer de lance» de la politique sanitaire française, la médicalisation de la maternité est traitée de manière nuancée qui souligne la complexité d'un processus aux objectifs à la fois impérialistes et humanitaires et dans lequel les femmes ont joué un rôle actif.


2002

Micheline Dumont, «Un champ bien clos : l’histoire des femmes au Québec», Atlantis 25.1 (automne 2000): 102-18.

Analyser et penser le monde en terme de «genres» est un exercice difficile, pour ne pas dire périlleux. C’est pourtant la tâche que se sont assignées les historiennes œuvrant en histoire des femmes et du genre. L’article de Micheline Dumont met en évidence que, après des décennies d’efforts en ce sens, bien peu d’historiens et d’historiennes dominent parfaitement ce défi. En dévoilant les lacunes de ce qu’elle appelle «la corporation historienne» à ce sujet, l’article de Dumont soulève d’importantes questions d’ordre méthodologique et historiographique. Comment juger de l’apport d’un nouveau champ de recherche ? Comment évaluer la pénétration de ce champ dans la production des historiens ? Depuis l’éclosion de cette dimension de la recherche, les historiennes féministes se parlent-elles en vase clos ou ont-elles réussi à entraîner tous leurs collègues dans une nouvelle approche ? Dumont nous propose de lire la production historique en utilisant une grille d’analyse assez fine à quatre niveaux : occultation de la réalité du genre et des femmes, présence compensatoire, intégration partielle, intégration conceptuelle. La lecture des publications choisies par Dumont à partir de cette grille met en évidence que les nouveaux acquis en histoire des femmes trouvent à peine écho dans la production historique québécoise; l’intégration des innovations méthodologiques et théoriques est encore plus mince surtout dans la production historique francophone, la production anglophone faisant preuve d’une plus grande ouverture à cet égard. Le défi est donc de taille, autant pour «nous», chercheuses en histoire des femmes, que pour les «autres». Accorder un prix à un article qui souligne le peu de résonance des recherches en histoire des femmes dans la production historique générale peut paraître étrange, sinon masochiste. Mais il faut dire merci à Micheline Dumont de nous avoir montré que la route sera encore plus longue avant que nos modes de penser soient profondément modifiés.


2001

Le prix n'a pas été décerné

2000

Diane Gervais et Serge Lusignan
. De Jeanne d'Arc à Madeleine de Verchères : la femme guerrière dans la société d'Ancien Régime, dans Revue d'histoire de l'Amérique française, no 53-2 (automne 1999), p. 171-205.

Gervais et Lusignan ont comparé les histoires de trois femmes guerrières, toutes trois situées dans la culture politique de la France du Moyen-Âge et de l'Ancien Régime. Les auteurs analysent ces récits comme des narrations de rites d'inversion. Ils expliquent comment, pour chaque guerrière, une séparation symbolique d'avec le monde féminin s'accomplissait, rendant son comportement militaire légitime. Mais conformément à la logique d'un tel rite, l'inversion ne dure pas, et un retour au féminin ne fait que confirmer les bornes transgressées d'une façon saisissante, même brève. Il n'y a eu que Jeanne d'Arc qui n'a pu accomplir le retour au féminin, et elle a payé ce choix de sa vie. L'interprétation des auteurs offre une façon innovatrice et convaincante de comprendre le comportement des femmes guerrières (et peut-être des femmes militaires tout autant), le rendant acceptable de façon circonstancielle, malgré ses aspects effrayants et dérangeants dans la tradition des valeurs occidentales, dans laquelle la guerre est une affaire d'hommes par définition.


1999

Béatrice Craig
. Salaires, niveaux de vie et travail féminin, dans l'arrondissement de Lille au XIXe siècle, Canadian Journal of History/Annales canadiennes d'histoire.

Dans un article qui concerne à la fois l'histoire économique, l'histoire des femmes et, en particulier, l'histoire du travail féminin, Béatrice Craig concentre son étude sur un lieu précis, Lille dans le Nord de la France, pour démêler, grâce à une méthodologie complexe et raffinée, les facteurs de causalité dans l'évolution de la participation des femmes au travail rémunéré. Cette étude est sans contredit une contribution importante au débat sur le retrait des femmes de la vie active dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle.


1998

Denyse Baillargeon
, Fréquenter les gouttes de lait. L'expérience des mères montréalaises, 1910-1965, Revue d'histoire de l'Amérique française
1997

Le prix n'a pas été décerné
1996

France Parent et Geneviève Postolec
, Quand Thémis rencontre Clio : Les femmes et le droit en Nouvelle-France
1995

Annmarie Adams
, Les représentations des Femmes dans la Revue de l'Institut Royal d'Architecture du Canada, de 1924 à 1973
1994

Martine Tremblay
, La division sexuelle du travail et la modernisation de l'agriculture à travers la presse agricole, 1840-1900
1993

Sylvie Murray
, Quand les Ménagères se font militantes: la Ligue auxiliaire de l'Association internationale des machinistes, 1905-1980
1992

Nadia Fahmy-Eid
, "Histoire, objectivité et scientificité. Jalons pour une reprise du débat épistémologique", Histoire sociale/Social History, 24, No. 47 (Mai 1991)
1991

Marie-Aimée Cliche
, L'infanticide dans la région de Québec (1660-1969)
1990

Le prix n'a pas été décerné
1989

Le prix n'a pas été décerné
1988

Le prix n'a pas été décerné


1987

Le prix n'a pas été décerné
1986

Le prix n'a pas été décerné
Ottawa Web Design