Partager cette page

Les archivistes de BAC et
l'évaluation par les pairs

La SHC demande à BAC de réinstaurer le système d'évaluation du mérite et de l’avancement par les pairs des archivistes de Bibliothèque et Archives Canada.

Ottawa, le 27 juin 2014

Mme Cecilia Muir
Chef de l'exploitation
Bibliothèque et Archives Canada
Bureau du chef de l'exploitation
550 boul. de la Cité
Gatineau (Québec)  K1A 0N4

 

Chère Mme Muir,

Au nom de la Société historique du Canada, la plus importante organisation représentant les chercheurs en histoire au Canada, je vous écris pour vous encourager à réinstaurer le système d'évaluation du mérite et de l’avancement par les pairs des archivistes de Bibliothèque et Archives Canada qui a été abrogé en novembre 2012. Nous croyons que l'élimination du système par les pairs n’est pas judicieuse pour une institution fédérale qui se doit de favoriser l’excellence et l'acquisition des connaissances chez son personnel qui, en retour, influence forcément ​​la qualité de ses services au public.

Bibliothèque et Archives Canada ainsi que plusieurs autres ministères et organismes fédéraux ayant un système similaire d'examen par les pairs en ont largement bénéficié. Ce système a permis aux archivistes et historiens professionnels de continuer d’œuvrer pour BAC tout en permettant leur avancement grâce à une reconnaissance anonyme par les pairs de leurs réalisations professionnelles. En termes de pratique archivistique, les chercheurs ont eu accès, en plus de remplir leurs responsabilités quotidiennes, à des promotions professionnelles grâce à leurs contributions d'experts à la connaissance des archives et leur service à la communauté archivistique en général. Les archivistes de BAC ont été reconnus à l’échelle mondiale pour leurs publications et contributions à la théorie archivistique. Les liens qui existent entre les archivistes et de multiples communautés de connaissances, y compris la communauté universitaire ont, à leur tour, favorisé l'expertise à BAC. Ce système a permis à de nombreux archivistes d'élargir leurs connaissances et leurs compétences tout en améliorant le service à la clientèle des archives. Inversement, on peut s'attendre à ce que la suppression du système par les pairs mène à un plafonnement de carrière rapide pour les archivistes et contribue à une rotation plus élevée du personnel ainsi qu’à une perte d'expertise proportionnelle. Mes collègues de la SHC et moi-même croyons que ce serait une perte que BAC ne peut se permettre.

Dans un souci du maintien des connaissances archivistiques et du professionnalisme à BAC à plus long terme, nous vous demandons, à vous et à vos collègues, de reconsidérer la décision de supprimer le système d'examen par les pairs et de le rétablir dans les meilleurs délais.

Cordialement,

Dominique Marshall
Présidente
Société historique du Canada

 

Ottawa Web Design