Partager cette page

La réponse de la SHC à la liste des actions prioritaires de BAC dans le cadre de son programme de modernisation

Ottawa,  21 décembre 2010

Dr Daniel Caron
Bibliothèque et archives Canada
395, rue Wellington
Ottawa, Ontario K1A 0N4



Cher Dr Caron,

Nous vous remercions de votre récente lettre adressée à Lyle Dick, le vice-président de la SHC et président de notre Comité des interventions publiques, qui comporte la liste des actions prioritaires de BAC dans le cadre de son programme de modernisation. La SHC apprécie l’opportunité de soumettre ses commentaires sur ces importantes initiatives. Notre Conseil de direction a soigneusement étudié la liste des priorités de BAC et nous aimerions répondre à certains points et demander certaines précisions sur d’autres.

Il est quelque peu ardu d’offrir des commentaires plus complets sans avoir plus de détails sur le fondement de ces initiatives, plus particulièrement en ce qui a trait aux points 1 à 5 inclusivement. Nous apprécierions donc si vous pourriez nous offrir plus de renseignements sur ces actions prioritaires. En fait, toute la liste bénéficierait d’une définition plus précise de l’aspect pratique de ces brefs abrégés.

Dans l’attente de cette définition, il serait utile que certains termes fonctionnels soient clarifiés. Par exemple, nous présumons que le terme « l’ensemble de la société » se réfère à la diversité des communautés de partout au Canada mais nous aimerions toutefois détenir une définition fonctionnelle pour savoir exactement de quoi il s’agit. La Société historique du Canada réalise que BAC a le mandat de servir toute une gamme de communautés et nous ne sommes aucunement opposés en ce qui en soit ainsi, tant que les besoins de la communauté historique soient abordés dans le cadre de « l’ensemble de la société ». Si une définition précise n’est pas disponible, nous aimerions savoir si BAC serait d’accord pour travailler en concert avec la SHC pour s’entendre sur ce que veut dire « l’ensemble de la société ».  

Au sujet de l’élément no. 4 : « À partir d’avril 2011, BAC effectuera une révision systématique de la

pertinence de ses collections en fonction de son mandat en employant une méthode d’évaluation fondée sur l’approche sociétale », nous aimerions avoir une analyse plus poussée de cet objectif. La SCH serait alors mieux placée pour répondre si BAC lui expliquait ce que signifient exactement « l’ensemble de la société » et « la pertinence » dans les correctifs apportés à ses collections. Entre-temps, nous aimerions réitérer que BAC est, comme de raison, un dépositaire essentiel de collections d’archives privées de valeur pour l’histoire et l’identité des Canadien(ne)s, tout comme elle l’est pour les collections publiques. Les collections privées ne devraient ainsi pas être dévalorisées par une définition trop restreinte du terme « pertinence ».

À propos de l’élément no. 3 : « D’ici avril 2011, BAC commencera à appliquer un cadre d’évaluation fondé sur l’ensemble du gouvernement afin de soutenir l’élaboration d’autorisations de disposer de documents (ADD). » Nous sommes d’avis que le cadre d’évaluation fondé sur l’ensemble du gouvernement ne doit pas être mis en place avant qu’une consultation n’ait été menée et que les parties prenantes aient eu l’opportunité d’offrir leurs commentaires dans l’élaboration de ce cadre.

À cet égard, le Conseil de direction de la Société historique du Canada a rencontré les sous-ministres adjoints de BAC, Drs Rimmer et Piché, au mois de novembre. La SHC a formulé quelques commentaires préliminaires suite à la présentation de la rétrospective intitulée « Présentation à la Société historique du Canada et le programme de modernisation de BAC » par Monsieur Piché et par Monsieur Rimmer.  

J’ai écrit à messieurs Rimmer et Piché le 29 novembre, lettre que vous trouverez en note annexe, pour leur transmettre mes inquiétudes, plus particulièrement en ce qui a trait à la préparation du cadre d’évaluation. Je leur faisais alors part de mes inquiétudes quant à la relation étroite affirmée entre la « valeur opérationnelle » d’une collection archivistique potentielle attribuée par les générateurs gouvernementaux et la valeur archivistique ou historique qui lui est attribuée par les chercheurs. Nous sommes d’avis que les historiens auront une notion très différente sur les deux valeurs et que l’une ne devrait pas être considérée secondaire à l’autre. Nous croyons toujours que la fonction archivistique essentielle à BAC ne devrait pas être soumise à, ou dépendante de, la fonction de gestion des documents du gouvernement fédéral.    

La Société historique du Canada considère ce sujet particulièrement pressant puisqu’il doit être mis en œuvre au mois d’avril 2011, dans seulement quelques mois. Lorsque nous avons rencontré messieurs Piché et Rimmer le mois dernier, nous leur avons demandé si le cadre d’évaluation et d’acquisition proposé était irrévocable ou si la possibilité d’y apporter des commentaires réfléchis pour perfectionner ces concepts existait toujours. Ils nous ont alors affirmé qu’il y aurait ample opportunité pour que nous puissions véritablement contribuer au processus.     

De plus, comme nous l’avons précisé à Monsieur Rimmer et Monsieur Piché dans la lettre en annexe, la SHC croit qu’elle peut jouer un rôle clé en offrant des commentaires historiques professionnels sur plusieurs autres composantes majeures du programme de modernisation de BAC. Nous aimerions ainsi recevoir vos conseils sur le mandat et la structure des prochains comités consultatifs qui seront formés ainsi que sur le rôle que peut jouer la SHC pour s’assurer que les activités prioritaires de BAC soient parfaitement structurées pour desservir la communauté des chercheurs professionnels et clients de BAC, dont la SHC qui est l’un des principaux membres. 

J’attends avec grand intérêt votre réponse sur ces sujet variés et apprécierais également recevoir votre réponse aux commentaires plus approfondis qui sont énoncés dans la lettre jointe adressée à messieurs Piché et Rimmer en date du 29 novembre.


Bien à vous,
Mary Lynn Stewart FRSC

Présidente, Société historique de Canada / Canadian Historical Association

Ottawa Web Design