Partager cette page

La SHC et le Forum des milieux intéressés de BAC

Ottawa, 14 août 2012


Dr Daniel Caron
Administrateur général et Bibliothécaire et archiviste du Canada
Bibliothèque et archives Canada
550, boul de la Cité
Gatineau (Québec) K1A 0N4
Canada

Cher Dr Caron,

Je vous écris au sujet du prochain Forum des milieux intéressés en cours de planification pour octobre prochain. Alors que nous n'avons pas encore reçu de réponse à la lettre rédigée par la responsable du dossier des archives au conseil d’administration de la SHC, Lisa Dillon en date du 11 Juillet 2012, le forum est étroitement liée aux questions élaborées dans la lettre et lors de notre rencontre avec vous en mai dernier à Waterloo. Notre mandataire Dr Dillon a proposé une série de mesures visant à améliorer la prestation des services d'archives, y compris une demande de la SHC que BAC doit d’abord et avant tout « restaurer le programme du PNDA, qui était un moyen efficace et économique d’appuyer les archives provinciales et locales qui ne peut pas être remplacé par le RPCPD dans sa forme actuelle ».

À cet égard, la récente tournure des évènements suggère qu’une révision de la façon d’aborder les consultations des milieux intéressés est maintenant nécessaire. Nous avons noté avec inquiétude que le Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux du Canada, la Association of Canadian Archivists et la University and College Archivists of Canada, ont récemment confirmé leur refus de participer aux Forums des milieux intéressés . Ces organisations sont unanimes pour dire que le Réseau pancanadien du patrimoine documentaire (RPCPD) ne peut pas remplacer le PNDA dans sa forme actuelle suite à l'annulation du Programme national de développement des archives.

Après avoir participé à plusieurs forums des milieux intéressés, la SHC en est également venu à la même conclusion ; que la structure, le processus et le rôle du RPCPD doivent être repensés et précisés pour aller de l’avant. Nous sommes convaincus que la meilleure façon d’offrir les services qui ont été perdus suite à l'annulation de NADP est de rétablir ce programme. A défaut de cela, nous sommes d'avis que le RPCPD devrait être beaucoup plus rigoureusement structuré s’il est voué à remplir les rôles importants qui étaient auparavant offerts par le PNDA. Le PNDA était un système décentralisé et un modèle collaboratif qui offrait d'importants services d'archives à travers tout le pays et qui procurait un niveau élevé de consultation et de participation régionales. Le PNDA avait également mis en œuvre un plan de travail et établi des jalons tout en intégrant des examens périodiques et des évaluations dans son plan d’action.

En revanche, le RPCPD semble être un concept très centralisé et plutôt amorphe. Il est convoqué uniquement à la demande du bibliothécaire et archiviste du Canada, ne se réunit pas régulièrement, ne semble pas avoir un plan de travail défini et il n’existe toujours pas de mécanisme d'examen et d'évaluation pour le RPCPD au-delà des processus internes de BAC. Le processus de désignation des participants est également mal défini.

Dans ces circonstances, la SHC considère que le RPCPD, tel qu'il est actuellement constitué, ne peut pas être un substitut crédible au PNDA. De plus, nous estimons qu'il est très important pour BAC de trouver un moyen de ramener les principaux partenaires et supporteurs qu'elle a perdus suite à l'annulation du PNDA au printemps dernier.

La SHC propose que BAC ajoute ces questions à l'ordre du jour du Forum d’octobre et qu'une partie du Forum soit consacrée à la discussion des moyens de résoudre les services indispensables d'archives qui ont été éliminés suite à l'annulation du PNDA. J'espère que nous pourrons trouver des façons de réengager les anciens partenaires d'archives. Nous estimons que la clé du succès de toutes initiatives développées pour répondre aux besoins des communautés d'archives et de recherche à travers le Canada sera de ramener ces partenaires au processus des milieux intéressés, en particulier ceux qui œuvrent dans les régions et qui dépendaient énromément du NADP dans le passé.

Cette question a été discutée en détail par l'exécutif de la SHC et notre responsable du portefeuille des archives Lisa Dillon et reflète la position consensuelle de notre organisation. J'espère avoir le plaisir de recevoir une réponse positive de votre part dans un avenir proche.

Cordialement,

Lyle Dick
Président
Société historique du Canada

Réponse du Dr Caron (en anglais)

Ottawa Web Design