Partager cette page

La SHC s'oppose au projet de loi qui détruirait les dossiers de la police secrète communiste hongroise

Ottawa, le 8 mars 2011

Son Excellence M. László Pordány
Ambassadeur de la République de Hongrie
299, Waverley Street
Ottawa, ON K2P 0V9

Cher M. Pordány:

La Société historique du Canada se joint aux historiens et archivistes du monde entier pour exprimer sa préoccupation face à la préparation d’une loi qui détruirait bon nombre des dossiers de la police secrète communiste hongroise, du ministère de l’intérieur et de l’appareil de sécurité de l’État présentement entreposées aux Archives historiques de la Sécurité d'État hongrois à Budapest.

La Société historique du Canada / The Canadian Historical Association (SHC/CHA) est la plus ancienne et plus importante organisation représentant les historiens professionnels au Canada. Fondée en 1922 et entièrement bilingue, la Société historique du Canada / Canadian Historical Association est une organisation nationale qui a pour but d'encourager la recherche dans tous les domaines de l'histoire. Elle compte environ 1000 membres dont la majorité sont des historiens professionnels œuvrant partout au Canada et à l’étranger.

Au moment d’écrire cette lettre, nous présentons un argument devant notre propre cour fédérale pour avoir accès aux dossiers historiques de sécurité dans nos propres archives. Nous le faisons parce que les dossiers des agences de sécurité de l'État sont parmi les plus importants conservés dans les archives de n'importe quel pays. Il est essentiel pour l'histoire et la mémoire du pays ainsi que pour les citoyens concernés que le rôle de l'État dans la surveillance et la punition de ses citoyens soit accessible et ouvert. C'est la seule manière qu’un pays, voire le monde, puisse savoir si un État a été à la hauteur ou a manqué à ses responsabilités envers son peuple. C’est le seul moyen pour certains de ceux qui ont été lésés d'obtenir réparation. Ce n’est qu’en prenant connaissance des faits et en entretenant une discussion franche sur les périodes douloureuses du passé, qu’un pays peut rechercher la réconciliation et aller de l'avant.

La SHC rejette l'argument voulant que ces dossiers doivent être détruits parce qu’ils ont été recueillis illégalement par un régime immoral. Au contraire, ces dossiers sont potentiellement la preuve la plus précieuse que le régime était impliqué dans des activités illégales. La perte de ce vaste dépôt archivistique de surveillance de l'État effacera le souvenir d'un élément clé du régime communiste.

La SHC/CHA estime que les fichiers de sécurité actuellement conservés aux Archives historiques de la sûreté de l'État hongrois ont une valeur durable pour les Hongrois et pour la communauté internationale. Nous exhortons le gouvernement de la Hongrie à prendre toutes les mesures conformes à la pratique archivistique professionnelle afin de préserver ces documents uniques et importants.

Veuillez agréer, Monsieur Pordány, l'expression de mes sentiments les meilleurs,

Mary Lynn Stewart
Présidente, Société historique du Canada

Ottawa Web Design