Partager cette page

Le président de la SHC fait part de son opposition aux coupes à Bibliothèque et Archives Canada et Parcs Canada au PM Harper

Le très honorable Stephen Harper
Premier Ministre
Chambre des communes
Chef du gouvernement
111 rue Wellington
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6
Canada
3 octobre 2012

Cher Premier ministre Harper:

Au nom de la Société historique du Canada, la plus importante organisation représentant les historiens professionnels, je vous écris pour exprimer notre vive inquiétude au sujet de l’impact des récentes réductions budgétaires du gouvernement fédéral à la culture et au patrimoine canadiens et plus particulièrement à Bibliothèque et Archives Canada. En mai 2012, notre exécutif et le responsable du comité des interventions publiques, John Lutz, ont écrit au ministre James Moore pour exprimer ces préoccupations mais la réponse du ministre en date du 9 août n’adresse aucune des questions soulevées dans la lettre et est donc insatisfaisante. Par conséquent, nous demandons respectueusement au Premier ministre de prendre note de ces préoccupations importantes et d’exhorter vos ministres à prendre des mesures pour y remédier.

Votre gouvernement a exprimé, dans plusieurs de ses communications, son désir de souligner certains aspects de l'histoire et du patrimoine canadiens. Les programmes commémorant la guerre de 1812-14, la bataille de la crête de Vimy et la Première Guerre mondiale sont des exemples de notre histoire militaire qui ont récemment fait l’objet de l’appui du gouvernement. De plus, votre gouvernement a encouragé et investi dans la recherche des navires disparus de Sir John Franklin. Nous sommes d’accord que d’attirer l’attention sur la riche histoire du Canada est un engagement louable et important.

Toutefois, les coupures de votre ministre à Bibliothèque et Archives Canada et Parcs Canada minent les priorités de votre gouvernement, tout comme l'a soutenu de façon convaincante le professeur Ian MacLaren de l'Université de l'Alberta dans une lettre récente qui vous était adressée. Plus spécifiquement, ces réductions ont occasionné des réductions au personnel de BAC qui compromettent la capacité de celle-ci de protéger et de rendre accessibles les importantes collections d'archives documentant l'histoire du Canada. En fait, elles entravent déjà les efforts de chercheurs en quête de réponses à l’histoire militaire et d'exploration canadienne dans les collections de BAC. J'espère que vous conviendrez que ces réductions sont d'autant plus regrettables pour les historiens et autres experts qui souhaitent faire des recherches dans les archives de BAC en prévision du 150e anniversaire du Canada en 2017. Peu à peu, ces réductions diminueront la capacité des Canadiens de se comprendre et de partager notre identité nationale commune.

De plus, Parcs Canada a indiqué que ses coupures se traduiront par une réduction du personnel dans 31 lieux historiques nationaux administrés par l'Agence à partir du début de l'année prochaine. Cela représente près de 20 pour cent des lieux historiques nationaux protégés et exhibés par Parcs Canada et constitue une perte importante pour nos programmes du patrimoine national dans toutes les régions du pays. Chacun de ces sites est un élément important du patrimoine du Canada. Puisque les sites sans personnel sont des sites en péril, une réduction du personnel placera l’existence de ces sites en danger. L'élimination du personnel d'interprétation signifie aussi que les histoires importantes de ces lieux patrimoniaux exceptionnels seront passées sous silence.

J’attends avec impatience votre correspondance prochaine en réponse à nos grandes préoccupations au sujet de notre patrimoine national.

Cordialement,


Lye Dick
Président
Société historique du Canada

La réponse du bureau du PM Harper (en anglais)

La réponse du ministre Moore (en anglais)

La réponse du ministre Kent (en anglais)

Ottawa Web Design