Partager cette page

Lettre de la responsable des archives au Dr Caron à BAC

Ottawa, 10 octobre 2012

Dr Daniel Caron
Administrateur général et Bibliothécaire et archiviste du Canada
Bibliothèque et Archives Canada
550, boul. de la Cité
Gatineau (Québec)  K1A 0N4
Canada  

Cher Dr Caron,

Je vous remercie de votre lettre du 17 août 2012 en réponse à notre lettre du 27 mai 2012, ainsi que votre lettre datée du 14 Septembre 2012. Notre président Lyle Dick vous a également écrit le 14 août 2012.

Tout d'abord, avant de commencer à travailler ensemble cet automne, il serait très utile que vous puissiez répondre aux questions et examiner les propositions spécifiques contenues dans ces lettres. Même si nous comprenons les défis concrets auxquels Bibliothèque et Archives Canada fait face en termes de réductions budgétaires et de numérisation, nous sommes déçus que vous n'ayez pas répondu aux préoccupations que nous avions exprimées. Dans notre lettre du 27 mai, nous avons joint une liste de huit questions détaillées dont chacune avait une série de sous-questions. Votre réponse de deux pages est très vague et qui répète, sans enter sans entrer dans les détails, les points que vous aviez présentés lors de notre rencontre avec vous en mai dernier à Waterloo. Nous avons aussi été déçus que vous n'ayez pas au moins répondu à la liste des neuf propositions concrètes contenues dans notre lettre, dont beaucoup sont réalisables dans l'immédiat, comme celles de : « créer une charte visuelle de la collection de BAC pour indiquer quelles parties ont été numérisés et celle qui ne l'ont pas été » ; « élaborer une politique claire qui indique qui va payer le coût de la numérisation dans le cas des chercheurs qui, autrefois, demandaient un microfilm via le PEB et de rétablir le service de PEB dans les cas où la numérisation des microfilms n'est pas possible » et « observer le système de rendez-vous sur place pour s'assurer que les rendez-vous le jour même sont possibles et évaluer l'efficacité des rendez-vous à distance sur Skype ».

Deuxièmement, vous nous avez écrit une autre lettre en septembre, invitant la SHC à vous aider à identifier les experts dans les quatre domaines des affaires : économiques, sociales, internationales et gouvernementales, afin que BAC puisse effectuer « sa fonction de veille sociétale. » Nous apprécions cette invitation et serions prêts à apporter une aide à ce titre mais avons quelques questions avant que nous puissions vous être utiles:

i. De quelle façon est-ce que les experts identifiés procéderont avec BAC afin de planifier les acquisitions? Vont-ils former un comité qui se réunira régulièrement?

ii. Est-ce que ces experts vous offriront également leurs conseils sur ??les politiques d'acquisition et/ou vous aideront-ils à les définir?

iii. Est-ce que ce groupe d'experts aura trait au « Forum d’acquisition » original qui fait partie du processus du Forum des parties prenantes / Réseau pancanadien du patrimoine documentaire (RPCPD)?

Un comité d’acquisitions efficace qui fixerait la politique d'acquisitions aiderait à répondre à notre troisième suggestion dans la lettre mentionnée ci-dessus qui était de « fournir de plus amples détails sur l’approche uniforme axée sur l’ensemble de la société et fixer un plan bien articulé à celle-ci pour la collecte des documents privés. »

Troisièmement, dans sa lettre de juillet qui aborde l'incapacité du RPCPD à remplacer le programme de  développement national des archives (PNDA), Lyle Dick a recommandé que « BAC ajoute ces questions à l'ordre du jour du Forum d’octobre et qu'une partie du Forum soit consacrée à trouver un moyen de ramener les principaux partenaires à la table. » Nous estimons que l’implication de ceux-ci dans le processus des parties prenantes sera la clé du succès de toutes initiatives conçues pour répondre aux besoins des communautés d'archives et de recherche à travers le Canada, en particulier dans les régions qui ont été si dépendantes de PNDA dans le passé. Jusqu'à présent, la SHC a prisé sa collaboration avec BAC dans le but de communiquer les préoccupations des historiens directement à BAC et d'aider BAC à relever les défis dans le sillon des coupures budgétaires et de la numérisation. Toutefois, étant donné les récents revers, y compris l'annulation du PNDA et l'échec des Forums des parties prenantes / RPCPD de devenir des moteurs de changement efficaces, nous nous questionnons maintenant sur l'utilité de notre collaboration dans les Forum des parties / RPCPD.Ce présent échange de lettres aura une forte incidence sur nos discussions lors de notre réunion du conseil, les 17 et 18 novembre prochains. Entretemps, nous espérons que BAC répondra de façon cohérente à nos suggestions pour nous permettre de continuer à contribuer à ce processus et nous nous réjouissons de notre participation au prochain Forum qui se tiendra les 5 et 6 novembre.

Cordialement,

Lisa Dillon

Ottawa Web Design