Partager cette page

PRIX D’HISTOIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL POUR LA RECHERCHE SAVANTE

Publié le 14 novembre 2017

COMMUNIQUÉ

SARAH CARTER REÇOIT LE PRIX D’HISTOIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL POUR LA RECHERCHE SAVANTE : LE PRIX SIR-JOHN-A.-MACDONALD 

La professeure de l’Université de l’Alberta expose dans un ouvrage la dépossession territoriale des femmes lors du développement de l’Ouest canadien

Ottawa, le 13 novembre 2017 – Pour son ouvrage intitulé Imperial Plots: Women, Land, and the Spadework of British Colonialism on the Canadian Prairies, l’auteure albertaine Sarah Carter reçoit le Prix d’histoire du Gouverneur général dans la catégorie Recherche savante : le prix Sir?John?A.?Macdonald remis à Rideau Hall, le 22 novembre 2017, par son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada. Ce prix consacre l’ouvrage en histoire jugé comme apportant la contribution la plus significative à la compréhension du passé canadien.

Professeure et titulaire de la chaire Henry Marshall Tory au département d’histoire et d’études classiques de la Faculté des études autochtones, à l’Université de l’Alberta, Sarah Carter expose dans son ouvrage la dépossession territoriale des femmes lors du développement de l’Ouest. Le titre a été publié en 2016 aux éditions des Presses de l’Université du Manitoba.

Imperial Plots s’attarde à un chapitre de l’histoire canadienne – entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle – sur la fondation de l’Ouest canadien en tant que colonie britanno-canadienne. L’ouvrage révèle comment les droits de propriété ont été refusés aux femmes au moment de la mise en valeur et de l’occupation du territoire. Il met en lumière les luttes qui ont eu cours pour l’égalité des sexes ainsi que les droits des Autochtones tout en examinant les relations entre les populations et leur environnement.

« Revisiter la façon dont les terres des Prairies ont été partagées et données est essentiel pour comprendre l’histoire de cette région. Les femmes, qu’elles soient Autochtones ou non, et malgré leurs luttes, se sont vues refuser le droit de posséder des terres. Largement oublié, cet épisode de notre histoire recèle tout de même certaines réussites menées par des femmes fermières autochtones.  Elles sont toutefois dû affronter des mythes tenaces à titre de femmes fermières, mythes qui persistent encore de nos jours», explique Sarah Carter.

Le livre de Sarah Carter propose une remise en question de ce que signifie être « Canadien » en soutenant que le sexe, la race et les droits de propriété des individus ont été des facteurs déterminants dans le développement du pays. Le propos de Mme Carter passe d’une vision d’ensemble des politiques nationales et impériales à une vision particulière du sort fait à certaines femmes. En affirmant que l’impérialisme a été au cœur de la colonisation des territoires autochtones de l’Ouest, l’auteure expose à quel point les décideurs de l’époque ont voulu exclure les femmes du droit à la propriété.

« La Société historique du Canada est très reconnaissante envers la Gouverneure générale et Histoire Canada pour leur soutien indéfectible manifesté à l’égard de la recherche savante. Une histoire canadienne bien documentée et bien rédigée peut éclairer et inspirer les Canadiens. Et je m’imagine mal un contexte plus congruent que celui de la remise des Prix d'histoire de la Gouverneure générale pour reconnaître le rôle important que jouent les historiens, comme la lauréate de cette année, Sarah Carter, dans notre société », souligne Michel Duquet, directeur général de la Société historique du Canada.

Le prix Sir?John?A.?Macdonald remis à Sarah Carter s’ajoute à une récolte fructueuse pour cet ouvrage qui a obtenu des récompenses et mentions honorables. Imperial Plots a en effet valu à son auteure le prix Clio de la Société historique du Canada pour la région des Prairies ainsi que le prix Gita Chaudhuri, décerné par la Western Association of Women Historians. Il a également été finaliste au Prix du livre de l’Institut Wilson, ainsi qu’au Stubbendieck Great Plains Distinguished Book Prize, décerné par le Center for Great Plains Studies de l’Université du Nebraska.

Pour la Financière Manuvie, l’association à cette importante reconnaissance allait de soi, le premier premier ministre du pays, John A. Macdonald, ayant été le premier président de leur Société. À titre de l’une des plus importantes compagnies canadiennes, la Financière Manuvie est fière d’appuyer un prix offert pour la recherche savante.

Le prix est accompagné d’une bourse de 5 000 $. Le Prix d’histoire du Gouverneur général dans la catégorie Recherche savante est administré par la Société historique du Canada avec le soutien de la Financière Manuvie. 

Pour en savoir davantage sur les lauréats, visitez histoirecanada.ca/Prix

À propos des Prix d’histoire du Gouverneur général

Les Prix d’histoire du Gouverneur général ont été créés en 1996 afin de souligner l’excellence de l’enseignement de l’histoire du Canada. En partenariat avec les principales sociétés nationales d’histoire du pays, dont l’Association historique du Canada, l’Association des musées canadiens, Historica Canada et Expériences Canada, la Société Histoire Canada s’est attachée à élargir ce programme afin de récompenser les nombreuses façons d’enseigner l’histoire, de la communiquer et de la célébrer avec les Canadiens. Les Prix d’histoire du Gouverneur général sont maintenant un rendez-vous annuel qui rassemble des élèves, des enseignants, des historiens, des représentants de musées et d’organismes communautaires, des auteurs et des producteurs pour fêter, mais également pour apprendre au contact des autres.

À propos de la Société Histoire Canada

La Société Histoire Canada est un organisme de bienfaisance national dont le mandat consiste à populariser l’histoire canadienne, principalement grâce à ses programmes de publication, d’éducation et de reconnaissance. En plus de remettre les Prix d’histoire du Gouverneur général et de publier Canada’s History (anciennement The Beaver), ainsi que Kayak : Navigue dans l’histoire du Canada,la Société produit de nombreux programmes éducatifs et en ligne afin de favoriser la découverte et la compréhension de notre culture et de notre histoire communes.

 

À propos de la Société historique du Canada

Fondée en 1922, la Société historique du Canada (SHC) est une société bilingue sans but lucratif consacrée à la promotion de l’étude savante de l’histoire du Canada et à sa diffusion. La plus importante société savante d’histoire au Canada, elle veut encourager l’intégration et la mise en perspective de la connaissance historique dans les sphères académique et publique, afin de garantir l’accessibilité aux ressources historiques et défendre les droits et libertés des historiens émergents et professionnels dans la poursuite de recherches historiques. La SHC compte des membres dans l’ensemble du Canada, aux États-Unis et en Europe, et est ouverte à toute personne s’intéressant à l’histoire.

 

-30-

 

Pour plus d’information :                                                            Ariel Gordon

Claude-Sylvie Lemery                                                                  Coordonnateur, publicité et promotion

Responsable des communications                                            Presses de l’Université du Manitoba

514 433-3405                                                                                 204 474-8408

cs.lemery@gmail.com                                                                  Ariel.Gordon@umanitoba.ca 

 

Joanne Miller

Responsable des communications

Faculté des arts, Université de l’Alberta

780-221-6173

jmmiller@ualberta.ca

Ottawa Web Design